Les détectives peuvent-ils prendre des photos ou filmer ?

En démarrant son métier un détective n’a pas forcément beaucoup de moyen, il débutera donc souvent son activité avec un ordinateur, un véhicule, un cahier de notes, une lampe torche, des clés USB, un chargeur et bien entendu l’outil principal du détective à savoir un appareil photo qu’il soit professionnel ou simplement intégré à un téléphone car les photos sont les preuves les plus évidentes de ce qui s’est déroulé dans l’enquête d’un détective.

Un détective est libre d’utiliser des appareils photos tant que cela est fait en totale discrétion, que ça ne porte pas atteinte à autrui ou à l’ordre public et que cela est fait dans des lieux publics. Un détective doit normalement obtenir le consentement écrit d’une personne pour diffuser ses photos. La reproduction d’une image d’une personne est autorisée dans le cas où celle-ci est prise dans le cadre d’une photo de groupe et qu’elle a été réalisé dans un lieu public.

D’après l’article 9 du code civil et l’article 8 du CEDH, toute personne a droit au respect de sa vie privée, de sa vie familiale à son domicile et de sa correspondance. Le code pénal (article 226-1) prévoit des sanctions pour les personnes qui utiliserait l’image d’une personne qui se trouve dans un lieu privé sans son consentement.

Un détective doit donc prendre seulement des images ou des vidéos dans un lieu public et s’il souhaite approfondir il est préférable d’obtenir au préalable une autorisation écrite de la personne concernée. Cependant grâce aux conseils de ses cabinets d’avocats et fort de ses 40 ans d’expériences, le cabinet ABAC DETECTIVES  propose les jurisprudences et les bonnes procédures pour pouvoir exploiter des photos ou vidéos, même prises dans des lieux privés.